Immortels

Souviens- moi des forteresses,

que l’on bâtissait dans les chênes

On tutoyait les dieux, les maîtres,

on dominait les champs les plaines

Souviens- moi de ces impasses,

dont on n'faisait jamais le tour

Quand résonnaient nos cris, nos rires,

qu’on hurlait à s’en rendre sourd 

Souviens- moi des soirs d’été,

où l’on pouvait stopper le temps

Sur le toit du grand réservoir

et sous le toit du firmament

Souviens- moi de nos grands frères,

dont nous prendrions la relève

Nos pas glissés dans leurs empreintes,

nos faits d’armes issus de leurs rêves

 

Quand on était immortels

 

Souviens- moi nos escapades,

Où l’on goûtait à tout goûter,

On appartenait qu’à la nuit,

et la nuit nous appartenait

Souviens- moi de nos virées,

du frisson des premières rapines,

Quand on avait pour seul butin

la saveur de l’adrénaline

Souviens- moi de nos pupilles,

plus dilatées que l’univers

Quand rien ne distinguait vraiment,

le jour, la nuit, l’endroit, l’envers

 

Quand on était immortels

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now