Perplexe

Isolés dans la masse

On s’échappe, on s’enfuit

Dans le cyberespace

Pour combattre l’ennui

 On a le cœur avide

On erre dans les réseaux

Pour remplacer le vide

Par du baume à l’égo

 

Et chaque matin nous laisse, un peu plus perplexe

 

 Au fil des soirs défile

de l'intime de surface

Les trophées de profils

Se consument et s’effacent

 Blasés des face-à-face

Des plaisirs que l’on feint

On s’enfonce dans l’impasse

De safaris sans fin

 

Et chaque matin nous laisse, un peu plus perplexe

 

On poursuit nos sosies

On s’oublie, on dérive

Jusqu’à l’anesthésie

Frénésie compulsive

 Les jours succèdent aux jours

Les mois, les années passent

Mais c’est l’ennui, toujours

Qui prend toute la place

Et chaque matin nous laisse, un peu plus perplexe

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now